Des substances toxiques dans nos cosmétiques

Sephora, Dior, Carrefour ou encore Oral B… 86 produits cosmétiques sont passés au crible par le magazine "60 millions de consommateurs" évaluant leur risque sur la santé et l’environnement et alertant quant à leur consommation.

Gels douche, dentifrices, crèmes hydratantes ou encore mousse à raser… Le magazine 60 millions de consommateurs a passé en revue 86 cosmétiques issus de la grande distribution et de marques de luxe en les classant selon leur risque pour la santé et l’environnement. Le Cosméto’Score, mis au point par l’Institut national de la consommation, éditeur de la revue, permet de faire le bon choix entre des produits concurrents. Dans chaque catégorie, les produits sont notés de A (« sans réserve d’utilisation ») à E (« fortement déconseillé ») selon leur composition, leur récurrence d’usage dans le quotidien ainsi que leur impact sur l’environnement.L’étude dévoile que les cosmétiques de luxe ne sont pas forcément meilleurs que ceux de grande distribution. Tandis que la crème hydratante de La Roche Posay à 12 euros est classée dans les A, celle de Dior à 64 euros arrive dans le classement des E étant nocive autant pour la santé que pour l’environnement. L’idée de ce nouveau système de notation : ne pas se laisser avoir par l’emballage ni le prix d’un cosmétique mais savoir décrypter une liste INCI (nomentaclure internationale des ingrédients, en anglais) obligatoirement présente sur l’étiquette de chaque produit.Certains ingrédients nocifs pour la santéSi vous vous demandiez quels ingrédients présents dans vos produits du quotidien sont dangereux pour votre santé, le magazine en a recensé quelques un auxquels vous devriez faire attention. Dans certains dentifrices comme Oral B, Signal ou Sensodyne, la présence de

dioxyde de titane, potentiellement cancérogène, ainsi que des métaux lourds tels que le zinc et l’étain sont présents. Concernant les gels douche, ce sont les allergènes les plus problématiques : la coumarine, suspectée d’être cancérogène, est présente dans les produits Carrefour, Weleda ou encore Dop. “L’idée de ces évaluations, c’est de pousser les industriels à faire mieux, parce qu’on voit bien que dans chaque famille de produits, il y en a qui s’en sortent bien”, précise à l’AFP, Adélaïde Robert, chef de la rubrique Santé et Cosmétique du magazine. En effet, le changement concernant la composition des cosmétiques commence déjà à opérer chez les marques et devrait continuer. Depuis 2019, certaines substances controversées comme le Lyral (HICC), un produit parfumant toxique, sont interdites dans les nouveaux produits. Les parabènes, suspectés d’être des perturbateurs endocriniens, sont quant à eux, de moins en moins présents dans les listes d’ingrédients.Des produits respectueux d’une règlementation stricteNéanmoins, la Fédération des Entreprises de la Beauté (FEBEA) tient à rappeler que tous les produits cosmétiques vendus en France respectent la règlementation cosmétique européenne, étant l’une des plus strictes au monde. “Les fabricants de produits cosmétiques ne se contentent pas de se conformer à la réglementation : ils réalisent aussi en permanence des efforts considérables pour développer des produits toujours mieux tolérés, plus efficaces et respectueux de l’environnement”, explique Patrick O’Quin dans un communiqué, président de la FEBEA.Click Here: camiseta seleccion argentina

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *