Whitmer Talks Plans Of Reopening Economy Amid Coronavirus

MICHIGAN — Gov. Gretchen Whitmer on Monday discussed aspects of a plan that would eventually begin to open the state’s economy, but she noted there is still a ways to go.

The plan, called “MI Safe Start,” weighs several factors when considering whether to open a particular workplace, and it builds off many measures already put in place such as social distancing and the use of personal protective equipment in workplaces.

“When I asked Michigan residents to stay home, to stay safe, you listened,” Whitmer said. “You did the right thing, and I know it has not been easy. I know that many people have lost work. I know that many people are worried about paying their bills, taking care of their families, just getting the rent taken care of.

“We are not out of the woods yet, but we are seeing signs that give us reason to be feeling optimistic,” Whitmer added.


Don’t miss important updates from health and government officials on the impact of the coronavirus in Michigan. Sign up for Patch’s daily newsletters and email alerts.


Debate over when to reopen the state economy has been taking place for weeks, as Whitmer has continued to say opening too soon would be detrimental.

The governor said the state has monitored trends relating to new cases of the coronavirus and that those trends have been promising as of late. Whitmer said Monday that without social distancing, projections showed Michigan would have more than 220,000 people requiring hospitalization as of today. Thanks to social distancing, she said, about 3,000 people are currently hospitalized due to the coronavirus.

On Monday, the state reported fewer than 600 new cases for the third straight day, something that had not been done since March.

Whitmer has been collaborating with governors in surrounding states to determine how to safely reopen economic in the Midwest. Ohio announced Monday that it will reopen its economy Friday. Such a time frame does not seem likely for Michigan, Whitmer said, because the state is facing an entirely different set of circumstances.

MI Safe Start

According to Whitmer, the state will direct businesses to adopt a new array of workforce safety practices that have been recommended by industry and public health experts.

Workplaces will be given risk scores that will play a part in determining when they can reopen in the MI Safe Start plan.

Businesses also will be required to closely monitor their employees and potential symptoms, and implement an array of social distancing techniques. Some businesses will be required to strengthen their sanitation and hygiene protocols while also providing recommended personal protective equipment.

Under an executive order signed earlier in April, employers will continue to be barred from retaliating against employees who stay home because they think they are sick or believe someone in their household is sick.

Geography will also be taken into account when determining if a workplace should be reopened, with officials detailing eight sectors throughout the state.

Officials in a news conference Monday said the construction industry may be one of the first to reopen. No firm timeline was given for the economy as a whole, however.

Click Here: Cheap France Rugby Jersey

“Dark Shadows” : photos de tournage ! [PHOTOS]

Les premières photos de tournage du long métrage de Tim Burton ” The Dark Shadows” ont été dévoilées !

Deux nouvelles photos de tournage du long métrage de Tim Burton Dark Shadows ont été dévoilées ! Adapté de la célèbre série télévisée, le film raconte l’histoire du vampire Barnabas Collins, dont le chemin croise régulièrement celui de monstres, fantômes et autres créatures surnaturelles. Emmené par Johnny Depp, Michelle Pfeiffer, Helena Bonham Carter, Eva Green, Jackie Earle Haley et Chloe Moretz, le long métrage sortira sur nos écrans le 9 mai 2012.

Tim Burton & Johnny Depp

Tim Burton, Michelle Pfeiffer & Jonny Lee Miller

Laëtitia Forhan avec Comingsoon

Recreational Marijuana Spending Spikes During Stay-At-Home Order

CHICAGO — Illinois residents bought $2.6 million more in recreational cannabis products in April than they did in March, state regulators announced Monday. The state’s highest month of non-medical marijuana sales since the first month of legalization coincided with the first full month of Gov. J.B. Pritzker’s statewide stay-at-home order.

Dispensaries sold nearly 819,000 items last month. Customers bought $37.26 million worth of cannabis, with nearly $29.74 million of that purchased by those with Illinois state identification, according to the Illinois Department of Financial and Professional Regulation, or IDFPR.

The order may have had more of an effect on sales to travelers from other states. Out-of-state residents bought over $7.52 million worth of cannabis in April, nearly $1.3 million than the prior month.

All these spending totals do not include the amount cannabis consumers spend in sales and excise taxes, which run somewhere in excess of 25 percent of pre-tax spending, according to previous months’ data from the Illinois Department of Revenue.

Issued in response to the spread of the new coronavirus, the governor’s March 20 order declared the cannabis industry among those business considered “essential,” allowing cultivation centers and dispensaries to remain open.

Both recreational and medical sales were included in an effort to ensure adequate cannabis supply for medical patients during the pandemic, according to IDFPR. A slightly modified stay-at-home order has been extended until May 30.

Ahead of the stay-at-home order, the state regulatory agency loosened rules to allow curbside sales to medical marijuana patients. Those rules have also been extended through the end of May. Delivery and off-site sales remains prohibited, and the new rules do not apply to recreational sales.

Click Here: Fjallraven Kanken Art Spring Landscape Backpacks

“Our top priority is to ensure consumers are safe when they go to a dispensary to purchase cannabis,” Toi Hutchinson, Pritzker’s senior advisor for cannabis control, said in a statement. “The steps we’ve taken to increase social distancing at dispensaries are accomplishing that, while also enabling this new industry to continue to grow.”


Related:
Cannabis Industry Deemed ‘Essential’ During Coronavirus
First-Month Marijuana Sales Generate $10.5 Million In Taxes
Nearly $40 Million In Legal Weed Sold In First Month
Recreational Marijuana Sales Stay High In March Despite Coronavirus


One day before the end of the month, Pritzker signed an executive order delaying the issuance of up to 75 new licenses for recreational cannabis dispensaries. The licenses would have been the first in Illinois not to have been limited to businesses that already operate existing medical marijuana dispensaries. They were also to include the first licenses that considered social equity applicants for approval.

The Cannabis Regulation and Tax Act, which passed last year and legalized the retail sale of marijuana in the state, includes a May 1 deadline for state regulators to begin issuing new licenses. In light of the COVID-19 pandemic, Pritzker’s executive order suspends the deadline until the end of his ongoing disaster proclamations or until IDFPR officials announce a new date.

Hutchinson said the administration still hopes to develop a legal cannabis industry that reflects the state’s population.

“We recognize that countless entrepreneurs were looking forward to May 1 and the next step it represented for Illinois’ adult use cannabis industry,” Hutchinson said last week. “However, the ongoing COVID-19 pandemic has caused delays in the application review process. This executive order will help ensure that we continue to build out this industry in a deliberate and equity-centric manner.”

The month of April includes the most prominent date in cannabis culture — the 20th of the month, or 4/20. Many dispensaries offered sales or other promotions to mark the 420 holiday. Due to the coronavirus, marijuana enthusiasts were unable to hold large public gatherings to mark the first such event since the state legalized cannabis.


Total amount of pre-tax sales of adult-use cannabis for the first four months after the Cannabis Regulation and Tax Act took effect in Illinois. Figures do not include medical sales or taxes collected.

Items Sold IL Residents Out-Of-State Total Sales Jan. 972,045 $30,611,632.22 $8,636,208.61 $39,247,840.83 Feb. 831,600 $25,615,371 $9,189,701.01 $34,805,072.01 March 812,203 $27,096,931.23 $8,805,611.99 $35,902,543.22 April 818,954 $29,735,650.41 $7,524,847.47 $37,260,497.89

Virginia 'Stay-At-Home' Order Issued, Coronavirus Cases Top 1K

VIRGINIA — Virginia Gov. Ralph Northam issued a “stay-at-home” order Monday as cases of the new coronavirus topped 1,000.

The stay-at-home order calls for residents to stay home except to obtain food and other essential services, obtain medical care, travel to and from work, take care of other persons or care for animals, visit a relative, travel to and from an educational institution, volunteer with a group providing charitable or social services, or exercise outdoors with social distancing.

“To date, this has been a suggestion to Virginians,” Northam said. “Today it’s an order.”

The order is in effect from Monday until June 10, unless changed or rescinded by another executive order.

Northam said at a Monday news conference that most people were complying with the state’s guidance, but just last weekend officials saw packed beaches and recreational areas. Under the order, beaches in Virginia are closed to visitors except for exercise and fishing. Private campgrounds must close for short-term stays, and higher education institutions must halt in-person classes and instruction.

Northam also asked out-of-state travelers to self-quarantine for 14 days, particularly those from areas hit hard by the coronavirus outbreak.

“It is clear that more people need to hear this basic message: Stay at home,” Northam said.

Last week, Northam issued an executive order banning gatherings of more than 10 people, violation of which is a class 1 misdemeanor. The order also closed nonessential recreation and entertainment businesses, ordered restaurants to operate with takeout and delivery only, and allowed businesses considered essential to operate with regular hours. K-12 schools were ordered to close for the rest of the academic year. This order is in effect through April 23.

Northam said people can continue to visit golf courses, but clubhouses are closed. Enforcement of the governor’s executive can take place if more than 10 people congregate in one place.


Get the latest updates on the new coronavirus in Virginia as they happen. Sign up for free news alerts and a newsletter in your Patch town.


As of Monday, the Virginia Department of Health reported 1,020 COVID-19 cases and 25 deaths. Of the total cases, 136 people are hospitalized. The Fairfax Health District continues to report the most cases — 224. The next largest numbers are 86 in Arlington County, 79 in Prince William County, 73 in James City County and 61 in Loudoun County. The state health department’s website does not show data on recovered patients; that data could be available depending on the capabilities of local health departments.

Northam expects the number of cases to continue increasing. Preliminary Virginia Department of Health data shows the largest number of cases appeared on dates in mid- and late March. These dates reflect the time a patient’s symptoms began or when the case report was received by the state health department. As of Monday, 99 cases appeared March 17, followed by 88 on March 18, 73 on March 23, 71 on March 24, 70 on March 19, and 67 on March 16. These numbers could change as more cases are reported.

“What we’re seeing now is the result of how people interacted two or three weeks ago,” Northam said. “What we will see a few weeks from now will be determined by how people behave today and in the following days. We need everyone to be patient with social distancing. It will take time to show results.”

Northam said following the order can help preserve hospital capacity. Virginia has approximately 18,500 hospital beds, including about 2,000 intensive care unit beds.

The state anticipates the need for more hospital beds, and some hospitals have started preparations. Mary Washington Healthcare in Fredericksburg established a field hospital, Virginia Commonwealth University is using student dorms for COVID-19 patients not needing ICU care, and Lonesome Pine Hospital in Wise County is a COVID-19 facility for acute care patients.

The state has been working with the Army Corps of Engineers to identify possible sites for emergency hospital bed capacity. A recommendation is expected in a matter of days, Northam said.

The state is not yet able to test everyone who seeks it, according to Dr. Denise Toney, director of the Division of Consolidated Laboratory Services. She cited nationwide supply chain shortages, which impact state, hospital and private laboratory testing capabilities.

On Monday, Virginia is seeking federal major disaster status, which would provide more disaster-related unemployment support, legal services, food assistance and more. Virginia’s food bank network can now provide emergency food assistance to anyone in need of food, regardless of income. More information is available at vafoodbanks.org.

The Port of Virginia in Norfolk is open and prioritizing shipments of personal protective equipment. Virginia businesses are asked to donate or sell personal protective equipment through an online form.

Northam says over 1,600 volunteers have applied to the Virginia Medical Reserve Corps since Wednesday. More volunteers are needed to apply at www.vdh.virginia.gov/mrc.

Northam’s new stay-at-home order came the same day that Maryland Gov. Larry Hogan issued a similar order. Maryland’s order takes effect at 8 p.m. Monday. The order allows people to go out for essential jobs and tasks such as obtaining food and medical care, and to go out for walks.

Click Here: Cheap France Rugby Jersey

Confinement: la chute des ventes de médicaments se confirme

Les ventes de nombreux médicaments sur ordonnance, notamment les vaccins, ont continué à chuter depuis le début du confinement, selon une étude de l’Agence du médicament et de l’Assurance maladie, qui confirme la baisse des recours aux professionnels de santé pour les soins non liés au coronavirus.

Le nombre de vaccins délivrés en pharmacie a reculé entre 15% et 78% au cours des cinq premières semaines du

confinement, par rapport aux ventes réalisées à la même période en 2018 et 2019, “entraînant possiblement une prise de retard dans le calendrier vaccinal“, s’inquiète cette étude publiée lundi, qui confirme le recul déjà observé après deux semaines de confinement.Pour le seul vaccin hexavalent (

diphtérie,

tétanos,

poliomyélite,

coqueluche,

méningite à Haemophilus influenzae de type B,

hépatite B), cela équivaut à 77.000 nourrissons non vaccinés, estime l’étude.De façon générale, tous les “médicaments dont l’administration nécessite le recours à un professionnel de santé” confirment leur “effondrement“: injections contre la dégénérescence de la rétine (-40%),

stérilets hormonaux (-68%), produits destinés aux IRM et scanners (-67% et -66%) ou aux

coloscopies (-82%).”Les examens non pratiqués, indispensables pour diagnostiquer

certains cancers ou maladies graves, pourraient entraîner des retards de prise en charge“, avertissent les deux organismes.La consommation d’

antibiotiques baisse aussi nettement (-40%), particulièrement chez les enfants, ajoute l’étude, qui y voit “un possible effet de l’arrêt de la circulation” des agents infectieux hors

nouveau coronavirus, en raison de la

fermeture des crèches et des établissements scolaires.Elle note aussi “une moindre prise en charge pour la c

ontraception d’urgence et la

procréation médicalement assistée“.En revanche, la CNAM et l’ANSM font état d’un “retour vers une consommation normalisée” au cours de la semaine du 13 au 19 avril pour les traitements de maladies chroniques.Ces derniers avaient enregistré un “phénomène de stockage” au début du confinement avec “une consommation supérieure de 15% à 30%” pour les

antihypertenseurs, les

antidiabétiques, les

antidépresseurs ou encore les

antiépileptiques, suivis par une “sous-consommation” au cours de la semaine du 6 au 12 avril.Plus directement en lien avec l’

épidémie de coronavirus, les délivrances de

corticoïdes oraux et d’

anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’

ibuprofène restent en forte baisse (jusqu’à 75%), “probablement en lien avec la mise en garde” des autorités sanitaires concernant “un risque potentiel d’

aggravation du Covid-19″ en cas de consommation de ce type de médicaments.Les annonces médiatiques d’un potentiel effet de la

chloroquine et de l’

hydroxychloroquine pour combattre le Covid ont au contraire fait bondir la consommation de cet antipaludéen et de son dérivé, avant que l’ANSM n’en restreigne la prescription fin mars.L’étude estime “à environ 41.000 le nombre de personnes supplémentaires ayant acquis sur ordonnance” ces traitements au cours des cinq premières semaines du confinement.

Covid-19 : des mutations plus fortes en Europe ?

Une nouvelle étude chinoise rapporte la découverte de nouvelles mutations du Sars Cov2 dont certains souches plus fortes en charge virale serait plus présentes en Europe.

Sommaire

  1. Des mutations qui risque de rendent difficile la découverte d’un vaccin efficace

Les nouvelles données concernant le Covid-19 ne cessent d’évoluer de jour en jour. Des nouveaux symptômes se rajoutent, le type de personnes qu’il touche, les organes qu’il affecte aussi. Les chercheurs et professionnels de santé avancent à tâtons et en apprennent au compte goutte. C’est maintenant son pouvoir pathogène qui aurait évolué.  Les mutations mineures annoncées jusque là seraient maintenant plus importante, selon une étude publiée le 14 avril 2020, une équipe de scientifiques chinois de l’université de Zhejiang. Dans ce rapport, le groupe d’étude a mené des tests sur 11 patients. 30 mutations du Sars-Cov2 ont été identifiées, dont 19 nouvelles. Quelles conséquences ces mutations peuvent elles avoir sur l’incidence du virus? Des mutations qui risque de rendent difficile la découverte d’un vaccin efficace “Notre étude montre que le génome du Sars-Cov2 subit actuellement des mutations et que ces dernières ont la possibilité d’impacter son potentiel pathogène et  viral”, explique les auteurs de l’étude. Certaines souches seraient donc plus fortes que d’autres. Dans le rapport, les chercheurs expliquent que certaines souches auraient 270 fois plus de charge virale que les souches les moins fortes. Les différentes formes de souches seraient plus présentes que d’autres en fonction de la zone géographique. Les souches seraient plus virulentes en Europe et Chine que celles qui circulent actuellement aux Etats-Unis, selon le rapport. La charge virale c’est l’intensité de la présence du virus. Elle affecte le pouvoir contagieux du virus ce qui le rend indirectement plus dangereux. Quant à une incidence directe sur sa virulence une fois le patient infecté, les études ne sont pas encore prononcées. L’échantillon de patients utilisé reste encore une fois très faible, car les recherches débutent seulement et certains facteurs manquent à l’appel pour cette étude qui permet malgré tout de nourrir les pistes. Au-delà de la sévérité du virus, les auteurs de l’étude souhaitent souligner que les différentes formes de souches qui semblent évoluer rapidement risquent de rendre plus difficile la découverte d’un

vaccin efficace ainsi que

les traitements.Click Here: All Blacks Rugby Jersey

Coronavirus: en Italie, des robots au chevet des malades

"Les robots sont des assistants infatigables. Ils ne peuvent être contaminés, ils ne sont jamais malades": ces recrues sont adoubées par le chef de l’unité de soins intensifs de l’hôpital Circolo de Varèse en Italie (nord), submergé par les malades du coronavirus.

En pilotant à distance ces bijoux d'électronique, médecins et infirmiers de cet hôpital de Varèse se protègent et économisent les équipements de protection.<br />
©Miguel MEDINA / AFP

Pilotés à distance, les six robots acquis récemment par l’hôpital s’activent auprès des

malades, vérifiant les paramètres vitaux ou déclenchant des procédures indispensables au maintien en vie de ces malades durement atteints. Certains des robots sont blancs, dotés d’écrans et de capteurs sur ce qui fait office de tête, d’autres, plus simples, ressemblent à un petit balai noir sur roues avec une tête-écran rectangulaire. Tous semblent sortis d’un film futuriste.En pilotant à distance ces bijoux d’électronique, médecins et infirmiers de cet hôpital de Varèse se protègent et économisent les équipements de protection. Et d’après les médecins, ces petits robots ont un autre atout: ils font sourire certains patients.Tout près de la frontière suisse,

Varèse est une des zones les plus épargnées de Lombardie, région qui concentre plus de la

moitié des décès en Italie. Mais son hôpital a accueilli de nombreux patients des zones durement affectées, comme Bergame où les services sanitaires craquaient de toutes parts.En Lombardie, le personnel médical a été “durement touché par le virus. Le fait que ces robots ne puissent être contaminés est quelque chose de formidable“, dit Francesco Dentali.Selon l’Institut supérieur de la Santé, près de 10% des 120.000 contaminés officiellement recensés dans le pays appartiennent au personnel médical.L’ordre des médecins a établi une liste de 70 médecins morts depuis le début de la

pandémie, sans être en mesure de préciser si ces décès sont ou non imputables au virus.Avec près de 15.000 morts (dont 8.300 en Lombardie), l’Italie est le pays le plus endeuillé du monde par le

Covid-19, à en croire les bilans officiels.Mais le nombre de décès est sans doute beaucoup plus élevé comme en attestent les premières données sur la surmortalité dans les zones touchées.Click Here: camiseta seleccion argentina

Coronavirus: l'isolement rapproche les voisins sur le réseau Nextdoor

Le réseau social ultra local Nextdoor, qui met en relation les habitants d’un même quartier, déborde soudain d’offres pour s’entraider entre voisins, des courses à faire pour les personnes âgées aux chiens à promener.

Nextdoor, le réseau social hyper local, est vu sur l'écran d'un smartphone à Washington, DC, le 27 mars 2020.<br />
©Eric Baradat / AFP

Sommaire

  1. Parcs à chiens
  2. “Dans le même bateau”

Nextdoor.com a vu son nombre de membres actifs au quotidien bondir de 80% en un mois, alors que plus de la moitié des Américains sont appelés à rester chez eux, avec des mesures de

confinement plus ou moins strictes selon les Etats, pour freiner la propagation de la

pandémie de coronavirus.Comme en Chine, puis en Europe, les foyers confinés se sont tournés vers les plateformes numériques pour garder le contact et se divertir. Les appels vidéo ont ainsi explosé sur les messageries.Nextdoor permet de son côté de rester en contact avec ceux que l’on ne croise plus dans la rue ou dans l’ascenseur.”On s’aperçoit que la proximité est plus importante que tout en ce moment“, dit à l’AFP Sarah Friar, la directrice exécutive du réseau. “Nous avons besoin des personnes qui vivent près de chez nous”.Lancée fin 2011, la société basée à San Francisco couvre désormais 260.000 quartiers dans 11 pays, dont l’Australie, le Royaume-Uni, la France, l’Italie, l’Espagne…Parcs à chiens”J’avais l’habitude que mes voisins me donnent des citrons (de leur jardin), mais maintenant je peux me reposer sur eux pour les courses”, raconte Paulina Borsook.A 66 ans, cette Américaine qui habite dans la baie de Monterey, au sud de la Silicon Valley, préfère sortir le moins possible.”Je suis vraiment touchée par l’esprit de communauté, les gens qui s’aident, qui font les courses les uns pour les autres“, ajoute-t-elle.Sur la plateforme gratuite, les utilisateurs partagent des tuyaux, quels restaurants proposent des plats à emporter ou les dernières informations locales, quelle aire de jeux est désormais interdite d’accès, par exemple.Avec ce qu’il faut de colère ou d’agacement contre les mesures jugées trop strictes ou les habitants considérés comme irrespectueux.”Je suis furieuse et dégoûtée que le petit parc à chiens de Hearst ait été fermé”, s’indigne par exemple une utilisatrice de Berkeley, un ville de la baie de San Francisco.”C’est INCROYABLE le nombre de groupes en train de boire et de regarder le coucher du soleil“, commente un habitant du même quartier, à propos d’un parc. “Je n’ai jamais vu la zone aussi bondée. C’est pour ça qu’on va tomber malade!“D’autres lancent des initiatives pour apporter un peu de réconfort, comme placer des dessins d’arcs-en-ciel ou des ours en peluche aux fenêtres, tournés vers la rue, pour amuser les enfants.”Je vais remettre mes lumières de Noël demain pour mettre un peu de baume au coeur”, annonce un message sur un groupe de Santa Cruz, sur la côte californienne. “Faites comme moi!”“Dans le même bateau”Nextdoor promeut l’entraide, les collectes de nourriture pour les associations et le soutien aux commerces locaux, durement affectés par les mesures de sécurité.Sur la page d’accueil, une carte interactive permet aux membres d’indiquer où ils habitent et les tâches qu’ils peuvent remplir.Nextdoor est aussi utilisé par les mairies et organisations gouvernementales pour communiquer des informations très locales.Sans compter les contributions des utilisateurs.”Les gens postent des anecdotes ou des choses utiles à savoir que je ne reçois nulle part ailleurs“, remarque Paulina Borsook.”Et si vous écrivez quelque chose qui n’a aucun sens, les autres réagissent. Il y a vraiment un côté, ‘on est dans le même bateau’“.Le réseau surveille les tentatives de désinformation ou d’arnaques, une tâche plus facile que sur d’autres plateformes, car le système d’inscription vérifie que les utilisateurs sont qui ils disent être, et habitent bien dans le quartier indiqué.”Quand les gens publient des messages, c’est sous leur propre nom, cela les responsabilise“, commente Sarah Friar.Comme Facebook et Twitter, Nextdoor souffre de la perte de recettes publicitaires dues à la crise économique liée au coronavirus.”D’un autre côté, des entreprises que nous ne connaissions pas s’intéressent à nous désormais“, précise la dirigeante.Click Here: los jaguares argentina

Perturbateurs endocriniens et cancérigènes présumés dans l'air, selon une étude

Des traces de pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens ou des cancérigènes ont été relevés dans près des trois quarts des relevés de qualité de l’air effectués en 2017 dans six régions, selon un rapport rendu public mardi par l’ONG Générations Futures.

L’association a travaillé sur des bases de données publiées en décembre par le réseau Atmo, qui regroupe les associations régionales de surveillance de la qualité de l’air (AASQA), sur des relevés réalisés entre 2002 et 2017.Elle y a recherché la présence de substances répertoriées cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR), qui font l’objet d’un classement européen, et des

perturbateurs endocriniens (PE, qui agissent sur le système hormonal) présumés, d’après le classement américain TEDX, en l’absence de liste européenne spécifique.Les jeux de données étant disparates en date de réalisation et produits recherchés selon les régions, l’ONG a réalisé deux études, dont la première porte sur les mesures les plus récentes, remontant à 2017. Six AASQA sont concernées sur 18 (Centre-Val de Loire, Corse, Grand-Est, Hauts-de-France, Nouvelle Aquitaine, Occitanie).Au total, 52 substances actives ont été détectées, dans 1.633 relevés. Plus du quart (27,55%) étaient des pesticides classés CMR avérés, supposés ou suspectés et plus de la moitié (56,33%) des PE suspectés. En comptant les produits entrant dans les deux catégories, ce sont au total près de trois quarts des relevés (74,28%) qui présentent des traces.Certaines régions ne disposant pas de données récentes, la seconde analyse porte sur les dernières données disponibles de chaque région (sauf Bourgogne-Franche-Comté) dont certaines remontent à 2004. L’étude présente donc également des biais possibles liés aux disparités des produits recherchés, certains pouvant avoir été interdits depuis l’époque de certains relevés. Mais les tendances globales vont dans le même sens que l’analyse sur 2017.Ainsi pour 104 substances actives relevées dans 4.622 cas, plus des trois quarts (82,69%) étaient classées CMR et/ou PE suspectés. Par catégorie, 29,94% étaient classés CMR et 68,86% PE suspectés.Ces analyses, les premières du genre, confirment que “l’air est un endroit d’exposition des populations” à ces substances potentiellement, ou de façon avérée, toxiques, souligne François Veillerette, président de Générations Futures. Et “contrairement à l’eau ou l’alimentation il n’y a pas de normes pour les pesticides dans l’air“, alors que les résultats de ces analyses sont “très cohérents” avec ceux de ces deux autres secteurs.Pour l’ONG, ces résultats démontrent la nécessité de “réduire l’utilisation des pesticides de façon importante“. Très engagée sur ces dossiers, Générations Futures milite pour une extension des zones non traitées, objet d’un récent décret controversé fixant des distances d’épandage, contre lequel l’ONG et d’autres associations vont déposer la semaine prochaine un recours.Enfin, l’ONG préconise une harmonisation au niveau national de ce suivi des pesticides dans l’air, et son financement, une demande également faite par Atmo France.Click Here: cheap sydney roosters jersey

100 orgasmes par jour : la maladie liée à un trouble du système nerveux

Le syndrome génital sans repos qui provoque jusqu’à 100 orgasmes par jour sans aucune relation sexuelle, ni stimulation est essentiellement perçu comme un trouble psychologique. Mais dans une nouvelle étude des chercheurs américains suggèrent pus d’efficacité avec une approche neurologique.

Une excitation permanente et des

orgasmes (jusqu’à 100 par par jour dans certains cas) à répétition sans aucun rapport sexuel, ni aucune stimulation. C’est ce que vivent les femmes atteintes du

syndrome génital sans repos. Maladie peu connue, elle fait beaucoup souffrir psychologiquement et physiquement. Une nouvelle étude postée récemment dans la revue scientifique Pain Report®, le 9 janvier 2020, ajoute un peu plus de détails concernant les causes de la maladie. 

Les patientes sans vie sexuelle et à risque de dépressionJusqu’ici les solutions proposées sont essentiellement des moyens de diminuer les symptômes par la relaxation ou par un travail qui consiste à distraire son attention des sensations ressenties. Mais pour les chercheurs des universités du McLean Hospital et de la Harvard Medical School, “il faut la traiter comme une maladie neurologique”. Au cours de leur étude, les chercheurs ont étudié les cas de 10 femmes atteintes du syndrome génital sans repos. “La plupart d’entre-elles avaient des épisodes d’orgasmes ou d’excitation hors contexte sexuel pendant plusieurs minutes voire des heures sur des périodes de plusieurs jours voire même des années”, expliquent les scientifiques. Quelques facteurs déclenchant ont été listés sans trop de convictions car parfois les symptômes se déclenchaient même sans rien. Pour aider les patientes, le groupe d’étude rapporte que la masturbation n’a pas apporté grand soulagement ou alors très peu. La plupart d’entre-elles n’avaient plus de rapports sexuels du tout à cause de la maladie et souffraient de symptômes d’anxiété et de dépression. Mais le rapport est ferme : “les traitements psychiatriques (électroconvulsivethérapie, injections, médicaments…)  ne donnent rien voire même empirent les symptômes”.Un trouble neuropathiqueEn revanche, les traitements neurologiques sont ceux qui ont le mieux fonctionné. Ils ont même aidé à définir des causes possibles pour le syndrome. “Toutes les patientes sauf une ont rapporté des douleurs sensorielles au niveau du pelvis, aux cuisses ou dans les fesses”. Ces douleurs pourraient indiquer un trouble du message nerveux entre le cerveau et cette zone du corps. En poussant plus loin, les chercheurs ont remarqué des lésions dans les nerfs rachidiens, des anomalies nerveuses et des troubles sensoriels au niveau des nerfs périphériques. En considérant la maladie comme un trouble neurologique, des pistes de traitements ont pu être tentées et ont montré plus d’efficacité que toutes les autres solutions. “La plupart des femmes atteintes du syndrome génital sans repos se plaignent que leurs symptômes ont été immédiatement qualifiés comme troubles psychologiques ou mal jugés par leur médecin (qui étaient essentiellement des hommes)”, rapportent les chercheurs. Saurabh Sharma, médecin auteur de l’étude incite les médecins à considérer la maladie sur les mêmes bases qu’une neuropathie, c’est-à-dire une atteinte des nerfs du système nerveux périphériques.Click Here: cheap sydney roosters jersey