Tom Hardy double Justin Timberlake pour jouer Elton John

Sa ressemblance avec Sir Elton jeune était pourtant frappante. Justin Timberlake, favori du chanteur anglais pour jouer dans un biopic sur lui vient de se faire piquer la vedette par Tom Hardy. D’après le site américain Hitfix, l’acteur baraqué aurait ses chances de pousser la chansonnette, assis derrière un piano pour Rocketman de Michael Gray.

Star du clip vidéo This Train don’t stop there anymore, il y a deux ans, Justin Timberlake avait étonné en sosie d’Elton John si bien qu’il était jusque là pressenti pour l’incarner à l’écran. Et on pensait même que JT, chouchou d’Elton himself, aurait la priorité étant lui-même doué de ses propres cordes vocales. Il n’en est rien. Dans ce film à venir – haut en couleur – qui doit ressembler dans le style à Moulin Rouge (c’est dire), les producteurs envisagent à présent de caster Tom Hardy.

Le beau gosse britannique, vu dans Inception, La Taupe et bien sur dans The Dark Knight Rises a tout pour plaire en théorie, mais peu de points communs avec le chanteur de Tiny Dancer. Pourtant, sa nomination semble pour le moins crédible. En cause: un CV ciné qui a de quoi inquiéter sérieusement son concurrent américain.

Pour l’instant, les détails du film sont donnés au compte-gouttes. On sait que les porteurs du projet vont s’intéresser à plusieurs époques de la vie du chanteur qui officie depuis bientôt 50 ans. On sait aussi que les fans découvriront vraisemblablement de nouvelles chansons de l’idole. Aux commandes, le scénariste Lee Hall (Billy Elliott) doit encore écrire le corps du film. Le co-producteur du film Stephen Hamilton explique : «Rocketman sera radicalement différent de tous les autres biopics. il sera aussi unique qu’Elton, filmé de manière non linéaire et avec une esthétique très visuelle afin de transporter le public à travers toutes les incroyables expériences, joyeuses ou non, qui ont défini le musicien et l’homme qu’il est». À côté, le héros du biopic veille minutieusement à ce que son autobiographie soit fidèle à la réalité. Elton a assuré que le film n’aura rien de «normal», «parce que ma vie n’a pas été comme ça».

Un pari audacieux qui fait penser à un autre biopic d’un chanteur non moins mythique: Bob Dylan. En 2007, dans I’m not there, le réalisateur Todd Haynes avait eu l’idée géniale de faire appel à une pléiade d’acteurs pour capter sur pellicule toutes les personnalités de Zimmy. Cate Blanchett, Christian Bale, Richard Gere ou encore Heath Ledger s’étaient précipités pour rendre hommage au musicien. Du coup on se dit que Justin Timberlake pourrait peut-être faire le film avec Tom Hardy. Enfin, c’est juste un conseil.

Click Here: New Zealand rugby store

John Galliano : “j’étais devenu esclave de l’alcool

Deux ans après avoir été évincé avec perte et fracas de la direction artistique de Dior, John Galliano est sorti pour la première fois de son silence à l’occasion d’une interview au magazine Vanity Fair.

« Ce sont les pires choses que j’ai dites de toute ma vie et pourtant je ne les pensais pas… ». Condamné à 6 000 euros d’amende avec sursis pour injures antisémites en septembre 2011, John Galliano a fait son mea-culpa dans les colonnes du magazine Vanity Fair. « J’ai essayé de comprendre pourquoi ma colère s’était dirigée vers cette race, a expliqué le créateur. Je me rends compte maintenant que j’étais tellement énervé et mal dans ma peau que j’ai juste dit la chose la plus malveillante qui m’est venue à l’esprit. Même si cela peut paraître bizarre, je suis content que cela soit arrivé, j’ai appris tellement de choses sur moi-même, j’ai redécouvert le petit garçon affamé de création que, je pense, j’avais laissé en chemin. Je vis ». Paradoxalement, l’ancien chouchou de la maison Dior estime que cette descente aux enfers était un mal pour un bien pour lui qui aurait pu finir «dans un asile ou six pieds sous terre».

Click Here: pinko shop cheap

Le créateur profite également de cette interview pour s’épancher sur ses différentes addictions. «Je ne buvais pas pour être créatif, admet-il. Je n’en avais pas besoin. L’alcool a d’abord été une béquille, en dehors de Dior. Ensuite, je l’ai utilisé pour m’effondrer après les collections. Il me fallait un jour ou deux pour me remettre, comme tout le monde. Mais avec plus de collections, c’était plus fréquent, et j’en suis devenu esclave. (…) J’ai pris des comprimés, car je n’arrivais pas à dormir. Et puis d’autres comprimés, car je ne pouvais pas m’arrêter de trembler. Et puis il y avait aussi ces bouteilles d’alcools forts, que les autres me procuraient. A la fin, c’était tout ce sur quoi je pouvais mettre la main dans l’idée que cela m’aiderait à dormir. A tort. J’avais toutes ces voix dans la tête, posant tellement de questions, mais je n’aurais jamais admis une seconde que j’étais alcoolique. Je pensais pouvoir le contrôler”. Dans ce long passage à vide, John (52 ans) a pu compter sur le soutien de sa fidèle amie Kate Moss.«Créer la robe de mariage de Kate m’a sauvé à titre personnel parce que je l’ai vécu comme une cure créative, souligne-t-il. Elle m’a permis d’être moi à nouveau.» Kate, une amie au top!

Kim Kardashian bientôt en Une de playboy ?

Alors que son accouchement approche à grands pas (il est prévu dans un mois), Kim Kardashian, est déjà sujette à beaucoup de convoitises pour ses premières photos après son heureux événement. Le magazine de charme Playboy serait sur les rangs pour décrocher ce scoop.

À quel magazine Kim Kardashian réservera-t-elle ses premières photos post-bébé? Les propositions ne manquent pas pour la starlette. Alors qu’elle aurait déjà décliné une proposition de 3 millions de dollars faite par un tabloïd, Kim aurait cette fois été approchée par le magazine Playboy.

“Ils adoreraient mettre Kim en couverture après son accouchement, explique une source au site internet américain Hollywood Life. Ils savent que ce numéro se vendrait comme des petits pains!

Si Lindsay Lohan a été payée un million de dollars pour faire la couverture de Playboy, Kim peut demander bien plus. Reste que la possibilité que la compagne de Kanye West se dénude pour Hugh Efner est bien faible si l’on se réfère à ce qu’elle avait déclaré au Harper’s Bazaar en 2010. La starlette semblait garder un souvenir des plus contrastés de sa première séance photo (en 2007) pour le célèbre magazine au lapin. « Je regrette d’avoir fait Playboy, avait-elle déclaré. J’étais mal à l’aise. Ma mère m’a dit à l’époque : ‘Vas-y, ils pourraient ne plus te le proposer ensuite. Notre émission n’est pas encore à l’écran, personne ne sait qui tu es. Si tu le fais, tu auras ces belles photos à regarder quand t’auras mon âge’ ».

Six ans après cette première séance photo où elle était presque une illustre inconnue, Kim est aujourd’hui devenue la starlette la plus demandée de la planète.

Click Here: kanken kids cheap

Nicolas Sarkozy, le Joe Dalton de Jamel Debbouze

François Hollande recevait mercredi 12 juin Jamel Debbouze pour remettre le prix de l’audace artistique et culturelle. L’occasion d’un échange plein d’humour.

“J’en profite pour vous dire que la France, c’est mieux à vivre sous votre présidence. C’est mieux que sous votre prédécesseur, Joe Dalton qui était quand même très énervé lui, pour le coup”. Et comme les fans de foot laissent volontiers leurs idées à l’entrée du stade, ça ne l’a pas empêché de se marrer avec ledit Joe Dalton, lors du match PSG-OM, au parc des Princes fin février.

Pas impressionné par le faste de l’Elysée, Jamel Debbouze a fait le show, mercredi 12 juin, pour le plus grand plaisir de François Hollande. Le président remettait en effet à l’humoriste le prix de l’audace artistique et culturelle. Il a profité de l’occasion pour rappeler qu’il avait croisé, il y a quelques mois dans ces mêmes lieux, le comédien, venu tourner au Château quelques scènes d’un film sur la marche des beurs de 1983.

« Et donc ici, Jamel Debbouze est chez lui. Mais, enfin, il ne faut pas que je le dise trop souvent parce qu’il va finir par revenir, » a conclu avec humour le chef de l’Etat, pas mécontent de cette pause sourire, alors qu’il prépare ces jours-ci son grand rendez-vous audiovisuel de dimanche soir. Il répondra aux questions de Thomas Sotto en direct dans l‘émission Capital sur M6. Une séquence pédagogique sur les questions économiques très attendue, sur laquelle compte le président pour confirmer la remontée dans les sondages légèrement amorcée ces dernières semaines. S’il n’a jamais caché son engagement à gauche, l’humoriste avait choisi de soutenir Martine Aubry, adversaire de François Hollande, durant la primaire socialiste de 2011. Le candidat PS, largement victorieux lors de ce scrutin, ne semble pas lui en avoir tenu rigueur.

Photos- Rachida Brakni, premières formes d’un nouveau bonheur

Enceinte depuis quelques semaines, Rachida Brakni affiche à l’occasion du lancement de la Fête du cinéma son petit vendre arrondi.

Discrète mais incroyablement heureuse. Rachida Brakni, l’épouse d’Eric Cantonna, a annoncé sa grossesse il y a quelques semaines sans trop en faire. À l’heure de sortir de sa cachette elle y est également allée en douceur, attendant le bon moment. C’est dans sa fonction de comédienne que Rachida Brakni a donc souhaité officialiser, en image, son nouveau bonheur.

Aujourd’hui à Paris, la crème de la crème des comédiens français s’est donc donnée rendez-vous au Pershing Hall pour lancer la grande saison de la Fête du cinéma. Jean, derbys, haut fleuri et petite veste, Rachida Brakni a suivi avec plaisir le dresse-code casual de cette journée. La future maman affiche une nouvelle frange qui lui sied à ravir.

C’est dans les bras amicaux de Regis Wargnier, qui l’a faite tournée dans La ligne droite, que Rachida a pu apprécier cette belle matinée. Géraldine Nakache, elle aussi invitée à la fête, a pris plaisir à retrouver son complice Fred Testo. Ana Girardot, Sylvie Testud, Lea Drucker et Jérémie Elkaim ont complété ce casting qui donne forcément envie de se ruer dans les cinémas en ce printemps pluvieux…

Click Here: Fjallraven Kanken Art Spring Landscape Backpacks

Patrick Dempsey, un docteur aux 24 heures du Mans

Docteur Mamour de la série Grey’s Anatomy, alias Patrick Dempsey, est au Mans, mais attention, pour 24 heures seulement. Le temps de participer à cette mythique course.

Svelte, bronzé, sa fameuse mèche blanche toujours là, Patrick Dempsey est prêt. Demain, il va s’élancer dans la course des 24 heures du Mans avec sa Porsche 911 GT3 RSR (n°77). L’acteur américain, quand il ne tourne pas un épisode de la série Grey’s Anatomy, est pilote professionnel. Depuis dix ans, il possède même sa propre écurie. Si, si!

Alors à 47 ans, Patrick Dempsey vit son rêve, participer à la plus grande course d’endurance du monde. Il l’avait déjà fait une première fois en 2009. L’acteur est visiblement tombé amoureux de la Sarthe. «Ici, je me sens étrangement « comme à la maison », connexion que je ne saurais expliquer, confie-t-il à TV Magazine. L’accueil que l’on me réserve est incroyable, j’aime me promener dans les environs, le musée automobile de la Sarthe est incroyable».

Souvent comparé aux acteurs Paul Newman et Steve McQueen, qui se sont eux aussi illustrés dans la Sarthe, Patrick Dempsey se défend, dans les colonnes de TV Magazine, d’être leur héritier: «J’ai bien conscience que l’on projette cette image sur moi parce que je suis, comme eux, un acteur de Hollywood. Mais j’essaie avant tout de créer ma propre légende ici».

Interrogé sur la poursuite de la série Grey’s Anatomy (déjà la saison 10!), Patrick Dempsey botte en touche : «L’aventure Grey’s Anatomy a été formidable pour moi. Laissez-moi finir cette saison pour que je réévalue mon jugement. J’ai du mal à croire que la série entre dans sa dixième année». Seule certitude, l’acteur n’envisage d’arrêter ni le cinéma (il travaille toujours à l’adaptation de The art of racing in the rain), ni la course automobile «tant (qu’il sera) compétitif».

Click Here: Cheap FIJI Rugby Jersey

Mick Jagger aurait préféré être prof

Leader des Stones depuis 50 ans, Mick Jagger a eu le temps de la réflexion. Si le papy rockeur est « content de ce qu’il a fait en tant que musicien », ce fils et petit fils d’instituteur reconnaît qu’il aurait sérieusement troqué son poste contre un autre, plus « stimulant intellectuellement ».

Prenez date. Les Rolling Stones seront de retour à Londres pour deux concerts événement les 6 et 13 juillet à Hyde Park et ce week-end pour la première fois au festival de Glastonbury. Dans la lignée de leur show mémorable en 1969 – The Stones in the Park – Mick, Keith, Ronnie et Charlie vont fêter leur 50ème anniversaire ensemble. Et pour ce faire, ils assurent leur promotion dans les médias anglais. C’est à cette occasion que le leader du groupe, Mick Jagger, 69 ans, est revenu sur son parcours de rockeur à la BBC.

Ce vendredi, le papy chanteur a confessé aux journalistes que si c’était à refaire, il aurait peut-être choisi une autre carrière. « Tout le monde aurait voulu faire plus de choses dans leur vie » a-t-il expliqué à la radio. En effet, après Sympathy for the devil, Brown Sugar ou encore Gimmie Shelter, ce dernier reste persuadé que son passage chez les pierres qui roulent n’était pas des plus stimulants intellectuellement. « C’est une chose intellectuellement peu exigeante, être un chanteur de rock, mais, vous savez, vous essayez d’en tirer le meilleur » a-t-il ajouté. Même s’il est aujourd’hui « pas du tout frustré (et) très heureux » de la tournure qu’ont pris les choses pour lui, l’idole raconte qu’il aurait préféré épouser la carrière de professeur des écoles. Un pavé dans la marre pour les fans qui restent dubitatifs.

En plus de ce job qu’il juge plus « gratifiant » que la vie de rockstar, qu’il a menée avec brio entre sexe, drogues et riffs de guitare, Mick Jagger assure qu’il est tombé dans la musique presque par hasard. Le meilleur ennemi de Keith Richards explique qu’à l’adolescence, il avait aussi envisagé de devenir un homme politique ou encore un journaliste. Un parcours qui aurait privé les fans de ses danses endiablées et le panthéon du rock de quelques classiques indémodables. Mais qu’importe, ce qui compte pour la star c’est avant tout d’apporter sa pierre à l’édifice. Voilà qui est fait.

Oscar Pistorius: les parents de Reeva Steenkamp brisent le silence

Alors que la prochaine comparution d’Oscar Pistorius est prévue le 19 aout, les parents de son ancienne compagne décédée tragiquement, ont choisi d’accorder une interview exclusive au Daily Mail pour expliquer pourquoi ils ont décidé de poursuivre en justice le bourreau de leur fille.

Depuis qu’ils ont décidé de porter plainte au civil contre Oscar Pistorius, pour obtenir des dommages et intérêts, suite à la mort de leur fille, Barry et June Steenkamp sont très critiqués en Afrique du Sud. Ils ont donc décidé d’expliquer les raisons de leurs choix dans un entretien au DailyMail. «Je comprends les nombreuses personnes qui critiquent notre démarche, se justifie la mère de Reeva. Cela me rend très mal à l’aise d’entendre ces choses horribles. Notre famille en est affectée. Pistorius nous a placés dans cette position, A la veille de sa mort, sur le chemin du domicile d’Oscar, on parlait d’un envoi d’argent pour payer le câble à la télévision. J’étais inquiète, car j’allais manquer sa première apparition à la télé, raconte June. Elle nous aidait souvent à payer de la nourriture et des factures courantes.»

Barry et June Steenkamp expliquent avoir besoin de savoir ce qui est réellement passé cette fameuse nuit du 13 février 2013. «Nous devons savoir pourquoi il s’est retourné contre elle, explique le père de la mannequin sud-africaine. Pourquoi ils se sont toujours disputés. Reeva était quelqu’un de pacifique. Nous sommes désemparés. Pistorius lui a enlevé à jamais toute chance de se marier ou d’avoir des enfants. Je ne trouve pas le sommeil. Je m’éveille en plein milieu de la nuit et dois trouver le courage de me lever et de faire face. J’ai toujours l’impression que ma fille va ouvrir la porte et arriver souriante; chose qui n’arrivera plus jamais.»

June Steenkamp précise qu’elle n’avait parlé qu’à une seule reprise à Oscar Pistorius. Au téléphone. Et la conversation fut brève. Reeva lui avait en effet passé son compagnon en ligne jugeant qu’il roulait trop vite. «Je l’ai prévenu que s’il faisait du mal à mon bébé, je l’écraserais, se rappelle la maman du top-modèle. Ça semble agressif, mais je ne voulais pas que la sécurité de Reeva soit en danger. Il n’a pas dit grand-chose à part:”Ok, madame Steenkamp”. Une entrevue téléphonique hélas prémonitoire…

Naomi Watts, la grossesse lui va si mal

Pour les besoins du film de Theodore Melfi, la comédienne Naomi Watts s’est transformé en prostitué russe enceinte. Un rôle aux antipodes de celui de la princesse Diana qu’elle incarne dans un biopic a venir.

Les cheveux roses, le maquillage outrancier et la tenue qui va avec, Naomi Watts a tout accepté. Pour St. Vincent de Van Nuys le film qu’elle tourne en ce moment aux cotés de Bill Murray, l’Américaine s’est radicalement transformée. Un look vulgaire qu’elle accompagne d’un faux ventre de grossesse afin de se rapprocher un peu plus de son personnage de prostitué russe, enceinte.

C’est dans cet étrange accoutrement que les new-yorkais ont pu découvrir Naomi Watts lundi. Pour en rajouter un peu plus à son personnage les stylistes du film, réalisé par Theodore M,elfi ont posé sur la cheville de l’actrice un faux tatouage du meilleur effet mais d’un goût discutable. St. Vincent de Van Nuys est une comédie retraçant le parcours d’un jeune garçon de 12 ans lié d’amitié à un voisin retraité ayant pour principales activités les beuveries, le jeu et les plaisirs des prostitués. C’est ici que Naomi Watts et ses rondeurs de femmes enceinte interviennent… Loin de ce costume, l’actrice est déjà maman de petits garçons blonds comme les blés, Alexandre et Samuel, qu’elle a eu avec son époux le comédien Liev Schreiber et à 44 ans, elle n’a pas pour projet de renouveler l’expérience de la maternité.

L’Oscarisée qui a fait sensation lors du dernier Festival de Cannes par sa grâce, bouscule encore les codes. Avec ce rôle dérangeant elle vient casser son image parfaite de Lady Di, qu’elle a récemment incarnée pour les besoins du biopic signé Olivier Hirschbiegel.

Click Here: liverpool mens jersey

D’Alexandra à Pocahontas, le prénom du royal baby fait recette

À quelques jours de l’arrivée tant attendu les paris font fureur à Londres. Jour, sexe, poids mais aussi et surtout le prénom sont au cœur de toutes discutions.

Les anglais ont de l’humour, pas toujours le meilleur mais ils ont le mérite d’essayer. À l’approche de la naissance de l’enfant du prince William et Kate, les sujets de la reine font en tout cas preuve d’une bonne dose de second degré face à l’événement. Les bookmakers londonien qui sont habitués a enregistré paris sportifs et économiques ont vu leur activité se tourner cette année vers les pronostics les plus fous concernant l’arrivée de ce royal baby.

Garçon ou fille? Même si l’arrivée d’une fille domine les paris à 1 contre 3 pour 9 contre 4 pour un garçon, le mystère reste entier pour le prénom de l’enfant. Si la duchesse de Cambridge venait à mettre au monde une fille, celle si s’appelait à 5 contre 4, Alexandra. Charlotte, Victoria et Elizabeth complètent ce peloton de tête. En revanche, si ce royal baby était un garçon, les parieurs favorisent George ou James.

Certains anglais sont bien moins intéressés par l’appât du gain que par un trait d’humour. Ainsi en queue de classement, d’autres propositions de prénoms hilarants font leur apparition. Pour une fille à 500 contre 1 on retrouve Pocahontas face à Hashtag pour un garçon. Encore plus improbable, la naissance d’une seconde petite North (nom attribué à la fille de Kim Kardashian et Kanye West) se joue à 5000/1 ou d’un Psy, en hommage au chanteur coréen.

Outre les spéculations autour du prénom de ce ou cette future princesse de Cambridge, d’autre éléments sont en jeu. Chez Ladbrokers les parieurs estiment que le royal baby arrivera ce dimanche, que ses cheveux seront bruns et qu’il pèsera moins de 2 kilos.